J’aime énormément faire la cuisine et j’aime aussi bien manger. De ce fait, je me réjouis d’être en France où nous ne sous-estimons pas le bonheur d’un bon repas ! Pour moi, la cuisine, c’est magique. On prend des ingrédients de base, on les mélange, et on en fait ressortir des délices. C’est tout simplement super.

Cuisiner, pour moi, est à la fois un plaisir, un défi, un art et un service. Un peu comme la préparation d’une louange en commun du dimanche matin.

Une bonne cuisine ça nourrit tout le monde 

Mon épouse et moi avons 3 enfants à la maison. Nous n’aimons pas tous les mêmes plats, mais tout le monde doit manger. Et du coup, il faut faire des compromis. Je ne peux pas choisir les menus simplement en fonction de mes goûts personnels. Mon épouse et moi devons faire en sorte que le repas plaise au maximum tout en restant équilibré. Un bon défi ! Comme la préparation d’un culte. Dans une assemblée, les goûts varient d’une personne à l’autre. Certaines personnes ne voudraient chanter que des vieux cantiques, d’autres que des nouveaux chants du style pop-rock-chrétien. Certaines personnes voudraient des interventions spéciales avec du métal, d’autres avec de la musique classique. Certains voudraient 30min de prière, pour d’autres 3min c’est déjà long. Pour que tout le monde soit nourri le dimanche matin, il faut un compromis : éviter les extrêmes pour que personne n’ait d’indigestion, et varier les ingrédients pour que le repas reste complet et nourrissant.

Une bonne cuisine ça a bon goût

Vous avez déjà goûté un ragoût dont les légumes n’ont pas été lavés ? Ou trouvé des vers dans votre salade ? Où trempé vos lèvres dans du lait qui a tourné ? Il est important d’inspecter les ingrédients que l’on utilise avant de les servir. Je n’oserai pas offrir à ma famille des aliments périmés où mal préparés. Et je fais la même chose pour la sélection de l’équipe d’animation. Je ne vais pas donner un micro à quelqu’un qui chante faux, ni confier la batterie à quelqu’un qui n’a pas le sens du rythme. Nos animateurs sont formés et choisissent leurs chants dans une liste présélectionnée des « meilleurs » chants selon nos standards, même si on garde une certaine liberté pour des exceptions. Il est important de viser l’excellence. Des aliments bien préparés élèvent exponentiellement la qualité d’un repas.

Une bonne cuisine ça rentre dans le budget 

Une fois que vous avez une idée du type de repas que vous voulez préparer, considérez vos ingrédients et imaginez comment vous pouvez utiliser ce que vous avez pour créer le meilleur repas possible.  Si vous n’avez que des patates dans vos placards, oubliez les spaghettis à la bolognaise et faites une bonne tartiflette ! Dans l’Église, on peut facilement idéaliser des styles de musique et s’attrister de ce qu’on manque en matière d’instruments et de musiciens. Mais même si les pâtes de l’assemblée voisine ont l’air bonnes, si Dieu n’a pas pourvu aux ingrédients dans votre assemblée, cela ne veut pas dire qu’il faut abandonner l’idée d’un repas copieux. De très belles choses se construisent en adaptant nos attentes à la réalité de ce que nous avons à notre disposition. Une église sans bassiste, et sans batteur, mais avec un bon guitariste et un bon violoniste peut aller loin !

Une bonne cuisine c’est nutritif

J’aime le chocolat et les gâteaux. Et sur la table c’est joli. Mais quand il faut nourrir ma famille, il faut de la consistance. Le dimanche matin, il est d’autant plus important de choisir des chants et une thématique qui nourrit l’Église pour la semaine. Pour la louange en commun, Paul place la barre haute : « Que la parole du Christ habite en vous avec sa richesse, instruisez-vous et avertissez-vous réciproquement, en toute sagesse, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels ; sous (l’inspiration de) la grâce, chantez à Dieu de tout votre cœur. » (Col 3.16). Des chants plus « soft » en contenu et en théologie peuvent servir d’entrée ou d’accompagnement dans une animation, mais ils ne peuvent être le plat principal.

Une bonne cuisine c’est la joie d’un plat unique 

Il n’y a aucune autre église comme la vôtre. Votre famille est unique. Ce que vous offrez à Dieu, personne ne peut le faire de la même manière. Chacun de vos musiciens et participants apporte une saveur unique, en créant un repas unique à la gloire de Dieu. Que ce soit avec un grand groupe, un orchestre, un duo piano-guitare ou même a capella, toute louange conduite avec sincérité et préparée avec sérieux apportera un arôme unique agréable au palais. De quoi se régaler !

Alors pour votre prochaine préparation, je vous souhaite une bonne cuisine, et surtout un bon appétit !

Kevin Stauffer